Sierra-Leone: Ban Ki-moon vante la consolidation de la démocratie
Par AFP



Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a rendu hommage mardi à la façon dont la Sierra Leone a pu surmonter une sanglante guerre civile de plus de dix ans, mais a prévenu que les élections de 2012 seraient un test pour la démocratie.


A l'issue d'une visite de 24 heures dans ce pays d'Afrique de l'Ouest, Ban Ki-moon a déclaré lors d'une conférence de presse: "la Sierra Leone reste un des meilleurs exemples de guérison et elle a montré que des changements démocratiques pacifique sont possibles".
"Ce que j'ai vu lors de ma visite me rend optimiste envers l'Afrique et son dynamisme", a ajouté le secrétaire général des Nations Unies après des entretiens avec le président Ernest Koroma, tout en demandant à Freetown "de renforcer ses acquis".

M. Ban achevait une tournée en Afrique qui l'a mené en Afrique du Sud -pour le début du Mondial 20210 de football-, en Ouganda -où il a réclamé un soutien élargi et universel à la Cour pénale internationale (CPI) sur les crimes de guerre- au Burundi, au Cameroun et au Bénin.
Cependant, a-t-il dit, les élections générales de 2012 "seront un test crucial pour la démocratie participative" en Sierra Leone. "Si elle est optimiste sur l'avenir de la Sierra Leone, l'ONU apportera son appui au renforcement des institutions démocratiques du pays", a ajouté le secrétaire général.
Il s'agissait de la première visite de M. Ban dans ce pays où les casques bleus avaient été déployés en 1999. Au plus fort de la transition, quelque 17.500 militaires étaient présents dans le pays pour la plus importante mission de paix alors organisée par l'ONU.
Cette mission a coûté plus de trois milliards de dollars et 193 casques bleus y ont perdu la vie.

Le conflit a pris fin en 2002 avec la création d'un tribunal spécial soutenu par l'ONU "pour juger ceux qui ont porté la plus importante responsabilité dans ces crimes de guerre et crime contre l'humanité en Sierra Leone après le 30 novembre 1996".

La guerre civile (1991-2001), déclenchée par la rébellion du RUF, a fait 120.000 morts et des centaines de milliers de réfugiés et déplacés, et a été marquée par de multiples exactions et mutilations contre des civils.

Lundi M. Ban avait annoncé un don de 100.000 dollars au Club de football des Amputés après avoir assisté à un match.

"Je suis stupéfait de la résilience, de la force et du courage de ces jeunes gens, mutilés de leurs membres durant la guerre civile. Sur leur visage j'ai perçu un avenir brillant qui m'a convaincu que ces gens ne se sont pas laissés abattre" par les horreurs subies, a déclaré le chef de l'ONU à l'AFP.



L'accusé principal encore en jugement est l'ex-président du Liberia Charles Taylor qui répond de crimes contre l'humanité devant la justice internationale à La Haye pour avoir soutenu les rebelles sierra-léonais.

Cependant l'opposition a critiqué le déroulement d'une enquête sur l'exécution publique sans jugement en 1992 de 28 opposants sur ordre du jeune chef de la junte militaire de l'époque, Valentine Strasser.

"L'ONU est convaincue que la justice prime. S'il n'y a pas de justice, la paix ne sera que provisoire", a commenté Ban Ki-moon.
Le président Koroma a évoqué les défis redoutables auxquels la Sierra Leone est confrontée en matière de santé, d'économie et de chômage.

Juin 2010

Abonnez-vous au Monde


Retour aux Conflits

Retour au Sommaire

France
Europe
UniversitÈs
Infos
Contact